Le Wiki des AMIELs AMELH ou AMELHAUD à CAIRANNE (84):
Ce lieu-dit existait encore à la fin du XVIème S au quartier des Croses. De nos jours il ne s'agit plus que du "Domaine de l'Ameillaud", un "Chemin de l'Ameillaud" est une voie de cette commune.
LA COSTE D'AMIEL et les AMIEL à PELISSANNE (13):
En ces lieux élevés, où se trouvait un "Castelas" (gros château en provençal) et une église réservée aux seigneurs, vécut depuis des siècles toute une dynastie amielienne, seigneuresse de cet endroit. On y trouve dès 1002 un Amélius qui donne la moitié de la ville de Pélissanne à l'Abbaye de Montmajour, "tant in villa quam in campanio" dit l'acte rédigé par ailleurs par Amelius, prêtre.. Sa descendance sera reconnue à partir de 1060. Un "caminus Amelhonus" desservit le Val d'Estable proche de Pelissanne ce qui signe vraiment une forte présence de ces Amiel en cet endroit.
(=> "Provence Historique" Revue vol. 27 Fédération Historique de Provence. Archives Départ. B. du Rh. 1977).
LA TOUR D'AMIEL (83):
Lieu-dit de l'ancienne communauté de Soliès, divisée de nos jours en trois entités distinctes Soliès-Pont, Soliès-Farlède et Soliès-Toucas. Les archives ont conservé le nom de Guillaume Amiel de Solliès , seigneur de ce lieu: on le trouve dans les chartes dès 1055. Un de ses successeurs (?) figure dans une convention passée avec les moines de Marseille en 1116: le nom est le même mais il aurait alors été bien âgé pour l'époque (au fond pourquoi pas!).
"TOUR DE GUILLAUME AMIEL" (MARSEILLE):
Cette tour de nos jours disparue, était située au nord de la ville close, à l'opposé du Vieux Port, dans le rempart compris entre la Porte Galle et la Grosse Tour, dans le vallon de la Joliette. De plan carré elle était parmi les plus anciennes encore debout (XIIIème S. sans doute) lorsque elle fut détruite avec toute l'enceinte fortifiée de Marseille, sur ordre de Louis XIV. On l'a attribué à un Guillaume Amiel, chevalier (voir détails dans la page des seigneurs occitans haut moyen-âge) mentionné en 1248 (cf. Blancard 1884-1885, n°818, II, 208-209) mais d'autres parlent d'un chevalier du même nom cité lors du mariage de sa nièce en 1311 (cf. Michaud, 1994, 72). Sa construction peut dater du temps de l'un comme de l'autre car elle est située à la limite de la ville épiscopale (et non de la ville basse) et il est possible que l'évêque ait dû faire appel à des moyens financiers de seigneurs non cléricaux pour la construction de trois tours importantes dont la tour Amiel. Très possible pour la 1ère éventualité; pour la 2ème, la concession a pu être délivrée par Charles Ier d'Anjou, celui-ci ayant acquis la seigneurie de la ville haute en 1257.
(=> "Les fortifications médiévales de Marseille" communication de M. Bouiron in Actes du Colloque de Marseille 1999 : "Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René"; Etudes Massaliotes 7, 75-92, Aix-en-Provence 2001).
Le RAVIN D'AMIEL :
Lieu-dit situé à Brunet (04) au N-E de Manosque. C'est l'un des multiples courts ravins qui parsèment le territoire de cette commune.
"PONT D'AMIEL" (83):
Ce pont n'existe plus depuis longtemps: En 1761 une délibération communale de Vidauban sur le territoire duquel il se trouve le met aux enchères publiques car il "est tombé en ruines" (Registre BB10, F° 124). Il y avait bien des Amiel alors et même un siècle avant puisque l'on connait en 1684 un certain Jean Amiel qui était "chirurgien" en ces lieux; il avait épousé en 1667 Thérèse d'André dont le père était docteur en médecine et l'on a sa descendance.
(=> "Archives Communales de Vidauban" s/s la direction de M. Mireur Olivier & Roujer 1890).
LES MEILLONS (26):
Quartier de la ville de Die, appelé de nos jours "Les Meillons", il portait au XIIIème S. le beau nom de "Champs d'Ameil" (cf "Censier de Die").
(=> "Dictionnaire topographique de la Drôme" J. Brun-Durand Paris Imp. Nationale 1891).
L'EMEIL Ruisseau de ST BARTHELEMY DE VALS (26 au nord du dépt) :
Ce ruisseau au nom en apparence si éloigné de notre sujet portait il y a bien longtemps le beau nom d'Amilia. Et là cela nous concerne ! Un acte de 1058 du cartulaire du monastère de St Chaffre décrivant un don fait du lieu de St Barthélémy de Vals ajoute aussi des champs et prés, au-dessus du lieu-dit Buisson, entre la Galaure et l'Emeil, "inter Galaurum rivum et alium rivulum que dicitur Amilia" dans le texte (cf. "Cartulaire de St Chaffre du Monastier" (près du Puy-en-Velay) Ch. Chevalier, Hoffmann, Montbéliard, 1891); et l'Emeil est en effet un petit ruisseau qui se jette après peu de cours dans l'autre, ce qui délimite des terres entre eux. L'Emeil est un nom latin francisé dans une zone frontière entre les langues d'oïl et d'oc qui en théorie aurait pu donner en occitan L'Ameil voir L'Amiel. (cf. "Regestre dauphinois...." Chan. U. Chevalier T. I Fasc. 2, Imp. Valentinoise, Valence 1912). D'ailleurs le petit ruisseau outre l'hydronyme est aussi à l'origine de quelques noms de terres à son entour. Un autre texte du même cartulaire indique le nom "de Ameliis"; un autre indique "ecclesiam de Amello"; un 3ème encore parle d'une "villa que dicitur Sancti Marcelli Amilhosco". Le dictionnaire topographique de la Drôme donne bien lui aussi la correspondance Amilia => Emeil pour ce cours d'eau, et cite aussi les "Champs d'Emeil", "Les Meillons ou Miellons" à Die, du côté plus provençal du sud du département. Les références donnent les noms de Ripparia Emeilliae (les rives de l'Emeil, 1472), Leymeilhe, la ripvière de Lesmelle, L'Eimeilhie ( en 1555, ce fut alors une possession de Diane de Poitiers) pour la petite rivière, ces dernières appellations révélant encore l'hésitation orthographique entre le français (-lle) et l'occitan (-lhe, -lhie) pour traduire la fin phonétique du nom. (cf. "Dict. Topo. de la Drôme" J. Brun-Durand, Imp. Nat. , Paris, 1891).
CHAMP D'AMEILLE (07) :
Lieu-dit de la petite commune de Val-de-Chalvagne.
"MEILLON EN PROVENCE" :
Ancienne communauté disparue, près du Mont Ventoux, appelée par l'historien ancien Blaise de Montluc, Mieulan. Une importante conférence entre les comtes de Toulouse, Montpellier et provençaux y eut lieu en 1174.
ANTIBES (06):
Le nom antique d'Antibes est "Colonia Antipolitana Lepida" soit "colonie opposée à la ville" ou "la ville-colonie d'en face" (l'autre ville étant Nice) pour les 2 premiers mots et "Marcus Aemilius Lepidus" pour le troisième, c'est son fondateur; l'expression est contractée en "ANTILEP" (devenu Antibes) sur les monnaies de cet Aemilius qui fut l'un des premiers Gouverneurs de cette Provincia Romana, dès avant le début de l'Empire, la 1ère hors de Rome et de statut sénatorial, la Narbonnaise. Il éleva ce comptoir massaliote en colonie de droit latin.
PORT-MIOU (13):
C'est par le vieux prénom Milon totalement inusité de nos jours qu'il faut passer pour comprendre ce rattachement à l'origine aemilienne. En effet Milon est un diminutif d'Aemilius ou Aemilianus et Miou a pour origine un Milon qui se serait installé dans ce coin. Et on le comprendra! Le site possède une très belle calanque et se situe sur une presqu'île dont la falaise est la plus haute d'Europe (près de 400 m) où l'ocre domine (et non le calcaire blanc habituel des calanques marseillaises). Site exceptionnel à la vue large immense, à découvrir à pied, par le "Sentier du Petit Prince", l'écrivain Antoine de Saint-Exupéry s'étant abîmé en mer au large de ce paysage magnifique.
There are no comments on this page.
Valid XHTML :: Valid CSS: :: Powered by WikkaWiki