DES MYTHES AUX SYMBOLES :
1- Que représente le symbole? :
Le symbole est un signe mais sa signification est multiple; si l'on voit bien le signifiant (par ex. l'eau ou le feu, les gestes, rites...) qui y est joint (c'est ce que signifie le mot en grec) en revanche le signifié est multiple de sens. Le langage du symbole étant celui particulièrement des arts et de la religion, il permet d'exprimer l'indicible. C'est un signe visible d'une réalité invisible...on dira que ces signes sont "parlants" c'est ce que recouvre le terme de langage symbolique. D'autre part ce signe n'est pas une preuve, il demande à être reçu, interprété, compris, finalement cru. Il rend visible la réalité invisible tel un baiser donné rend visible l'amour porté, est le symbole de cet amour qu'il "traduit" ainsi. Il manifeste ce qui est caché, sans pour autant prétendre tout montrer de la chose à connaître. La matérialité qu'il prend détermine un champ de signification dans les espaces et les temps notamment. Il fait sens mais il peut en avoir plusieurs, parfois même contradictoires, et sa perception dépendra de celui qui l'éprouve !
2- Du mythe au symbole ou le contraire ? :
Bien que les philosophes actuels ne soient pas d'accord entre eux ni avec les anciens sur l'antériorité de l'un sur l'autre, il y a lieu de voir quel est le rapport qu'entretiennent mythe et symbole. Traditionnellement les symboles sont présentés comme une manière de prendre les mythes d'une façon non allégorique, ainsi interprétation symbolique et interprétation allégorique seraient deux voies différentes portant sur un même contenu, celui des mythes. Pour Paul Ricoeur, si le symbole désigne une structure de signification ou bien un signe qui communique un sens, le mythe est lui compris comme un récit traditionnel, portant sur des évènements primordiaux qui sont destinés à fonder l'action rituelle des hommes. Le mythe sert à instituer toutes les formes d'action et de pensée. Le symbole, plus radical, serait à l'origine, premier; le mythe devenant alors une espèce de symbole prenant la forme d'un récit revêtant une fonction symbolique. Pour Jung il y a dans le symbolisme des archétypes psychiques primordiaux communs qui sont à la base des constructions mythiques. Elevé à la notoriété du symbole et renvoyant à des temps immémoriaux, le mythe est articulé, comme on l'a vu, dans un temps et un espace non coordonnables selon une vue scientifique. Ces temps et espace ne sont pas les nôtres, le mythe acquiert ainsi une fonction symbolique consistant à dévoiler les liens souterrains de l'homme avec le sacré. Le contemporain Michel Meslin tient pour sa part un discours opposé; pour lui "la pensée mythique se révèle comme une systémisation signifiante, que rien ne permet d'opposer valablement à la pensée scientifique". Sans pour autant prendre parti dans ce débat d'intellectuels nous nous bornerons à voir dans quelle mesure notre nom peut être lié aux symboles du sacré dont la culture occidentale est l'héritière : judaïsme et christianisme, hellénisme et romanité....ayant teinté les cultures locales européennes, occitane en particulier.
There are no comments on this page.
Valid XHTML :: Valid CSS: :: Powered by WikkaWiki