et en particulier "Au nom de tous les miens" présents, passés comme futurs et à qui je dédie ces recherches

C'est en copiant qu'on invente.
Paul Valéry

Le 25 Décembre 2012, Jour de Noël, naissance du wiki des Amiel.

- J'avais promis une suite à ma longue série d'articles du "Monde des Amiel" que j'ai fini d'écrire voici près de huit mois. Mais je ne savais pas trop comment m'y prendre. Par une démarche purement empirique j'ai tiré nombre de fils d'écheveaux différents et progressivement j'ai entrevu ce qu'il pourrait en résulter, une sorte de saga du nom Amiel sous toutes ses formes. De fil en aiguille donc (!) j'ai essayé d'ordonner cela d'une manière cohérente. Le classement de la somme des données recueillies pendant plusieurs années était un casse-tête pour moi, j'avais pris mes renseignements en notes-papier, mélangeant allègrement des informations qui n'avaient pas ou peu de rapports entre elles, au gré de mes découvertes. Bien sûr au fur et à mesure s'est dégagé dans mon esprit un classement possible mais bien vite remis en cause par de nouvelles trouvailles imprévues. Enfin bref, lorsque j'ai pu "dominer" le monstre, et espérer le dompter - Cicéron écrivait il y a vingt et un siècles "speremus quae volumus", espérons ce que nous voulons (Cic. "Pro Sext." LXVIII)- c'était un peu tard : je me suis retrouvé, avec mes centaines de feuilles manuscrites, bourrées en plus d'erreurs et fautes, annotations du moment ou oublis de notations, dans l'incapacité immédiate d'exploiter convenablement cette masse d'informations. J'ai quand même pu donner dans mes soixante-dix articles du site principal du "Monde des Amiel" une vision de ce que recouvre notre nom, onomastique (patronymique comme toponymique), historique, littéraire ou anecdotique. Je vous en conseille la lecture préalablement à la plongée dans cette partie très détaillée si ce n'est déjà fait, vous risqueriez autrement d'être désabusé et de vous y noyer.
- Un vrai travail d'amateur sans doute, mais je le revendique: Je considère le qualificatif comme un nom car je suis bel et bien 'un' amateur de tout ce qui touche au passé et d'autant plus que ce genre de passé-ci me touche plus particulièrement: c'est une sorte de passion archéologique que de fouiller son nom, surtout celui-là, remonter les arcanes de ceux qui l'ont fait vivre en le portant, l'utilisant, le passant à la génération suivante depuis des siècles. Pouvant se raccrocher à l'histoire générale sans difficultés son étude m'a permis de voyager dans l'espace et le temps, d'ordonner dans mon esprit cette continuité logique (même si elle se présente avec souvent des à-coups) de la vie et de la condition des hommes sur la terre (occidentale) depuis l'aube de l'histoire. C'est un travail de mémorialiste que j'ai essayé de faire en tous cas de mémoire en rappelant à notre souvenir tant de générations d'Amiel qui nous ont précédé, en les convoquant comme disaient les vieux historiens.
- Nécessairement il fallait que l'écriture soit inventée pour que nous puissions retenir sans défaut depuis tous ces siècles d'aventure historique autant d'informations autres que celles résultant de la passation orale, même si ces dernières sont respectables et que l'histoire elle-même a aussi mis en forme par les auteurs antiques, que ces 'histoires' soient d'origine babylonienne, hébraïque, assyrienne, perse, grecque, latine...et dont je parle dans la partie "mythologie" et "symbolisme". Aux racines même je suis allé chercher comment les composants de notre nom sont apparus, chez les mésopotamiens d'abord dont les langues ont produit notamment les langues sémitiques, celle des hébreux en particulier, langue qui a, peut-on dire créé notre nom; chez les latins ensuite dont la langue insigne est à l'origine des langues romanes, dont notamment les langues du sud de l'Europe de l'ouest où notre nom est bien implanté depuis les romains et que nous parlons toujours. Et depuis trois millénaires on écrit, on lit, on garde et on recopie (quelquefois à peu près seulement!), on édite, on classe et on prouve, on reconnait etc...bref on peut, grâce au travail de ceux qui nous ont précédé, tisser une histoire particulière à propos de ce nom Amiel, et je recueille enfin beaucoup d'écrits qui concernent ce fameux nom, sans aucune connaissance du curieux travail de ramasseur et compilateur de données. Tout en sachant, comme on dirait en latin Per plures libros, sed non scientia in omnibus, qu'il faille se méfier de certains car ils sont mal renseignés quelquefois !
- Et voilà que le hasard aidé de la providence et surtout des connaissances informatiques de mon gendre Olivier (merci Cécile!) sont arrivées à point nommé pour résoudre efficacement le problème: le classement par le système wiki. C'est ce que je vous présente dans cette seconde partie faisant suite au "Monde des Amiel", soit le "Wiki du Monde des AMIEL"que j'aimerais voir nommé plus poétiquement : "AU NOM DE TOUS LES AMIEL", un titre qui peut rappeler le roman autobiographique de Martin Gray "Au nom de tous les miens" rédigé par Max Gallo (paru en 1971) ainsi que le film éponyme basé sur ce roman, réalisé par Robert Enrico en 1983; œuvres racontant le sort de sa famille juive dans la Pologne du temps du nazisme; un titre en forme de clin d'oeil à la plus ancienne origine de notre nom, hébraïque.
- Dans le préambule de ses "Antiquités judaïques" qui reprend la Bible en l'explicitant, l'historien romain de langue grecque et d'origine juive du Ier S. de notre ère, Flavius Josèphe, écrit dans les toutes premières lignes du Livre I (§ 1) : Ceux qui se proposent d'écrire l'histoire ne m'y semblent pas déterminés par une seule et même raison mais par plusieurs très différentes les unes des autres. Certains en effet, voulant faire briller leur talent littéraire et avides du renom qu'il procure, s'adonnent avec ardeur à ce genre d'étude; d'autres, pour flatter les personnages dont il sera question dans le récit, y dépensent une somme de travail qui va jusqu'à passer leur forces; d'aucuns se voient contraints par la nécessité même des évènements auxquels ils ont pris part à les montrer sous leur vrai jour par une narration d'ensemble; enfin, pour beaucoup, c'est l'ignorance où l'on est de certains grands faits utiles à connaitre qui les a déterminés dans l'intérêt général, à en publier l'histoire. Parmi les raisons que je viens de dire, ce sont les deux dernières qui m'ont moi-même entrainé.(traduction de T. Reinache & J. Weill; publiée par la Société des Etudes Juives chez E. Leroux, Paris, 1900-1932). Je n'ai pris part à aucun des évènements que je relate, je n'ai connu ou ne connais que peu de ces Amiel, je n'ai foulé que quelques-uns des lieux amieliens que je recense, lu ou vu très peu des œuvres que je cite; je n'ai pas plus l'intention de briller par la mise à disposition de ces trouvailles livresques mais, comme ce grand auteur, et dans l'intérêt de ceux qui portent ce nom, ce travail est devenu pour moi une nécessité; surtout après la rédaction de mes articles généraux du "Monde des Amiel" constituant une sorte de fresque historique de notre nom: il faut que je donne à savoir à qui sera intéressé tout ce que représente ce nom, si court pourtant, dans l'histoire des hommes, au moins ce que j'en sais, que j'ai glané dans tant de publications et documents. Ce wiki est donc une somme encyclopédique aussi large que possible du nom propre Amiel, de tous les temps, de partout et pour toutes ses formes, mais il ne peut être complètement exhaustif, et je n'ai pas pour autant cette prétention, même si j'eusses voulu tous les réunir ici, les "embrasser" dans tous les sens du terme. Ausone, cet écrivain et poète gallo-romain, bordelais célèbre de l'antiquité, qui avait pour mère une Aemilia de même origine (je parle de lui bien sûr dans ce wiki) disait que celui qui ne met pas de bornes à ses désirs ne sait pas en mettre à son avoir -"Cui nullus finis cupiendi, est nullus habiendi" (Ausone, Préfaces, II)-; j'essaierai de suivre cette sage pensée modernisée par la poétesse Augusta Amiel-Lapeyre : ..."épuiser son sujet" c'est épuiser aussi....la patience de son interlocuteur, autant pour mes désirs ici que pour me suffire de ce que j'ai appris sans épuiser qui que ce soit ni demander quoi que ce soit pour ce travail. Tous mes renseignements concernant le nom Amiel deviennent ainsi disponibles pour tous en un seul endroit; pour toute utilisation je ne réclame pour salaire que la citation de notre nom, celui de "Jean-Louis et Cécile Amiel" et de notre site "Le monde des Amiel" ou du présent wiki "Au nom de tous les Amiel".
- L'important c'est de passer pourrais-je dire! Sans jeux de mots nous avons à considérer ce verbe au participe passé (!) pour bien appréhender l'histoire, l'histoire de tant de générations d'hommes et de femmes sans qui nous ne serions pas là, à qui nous devons notre nom (pour certains notre prénom; dont le nom-prénom Amiel). Mais passer c'est, au présent cette fois, aussi transmettre; transmettre des valeurs, des connaissances, un civilisation par l'histoire et des histoires; il y a dans nos campagnes depuis longtemps des "passeurs de mémoire", des ethnographes qui recueillent les mémoires orales des anciens temps (contes, chansons, traditions, évènements divers de la vie quotidienne), ce que l'on nommait autrefois folklore mot qui a pris depuis une connotation négative et de ce fait est de nos jours abandonné au profit d'une plus moderne ethnographie. Cette histoire-là que l'on nomme avec une légère pointe péjorative "petite histoire" est celle de la majorité d'entre-nous et elle a aussi sa place, à côté de la grande. Les Amiel ou ceux qui ont porté le nom équivalent dans leurs propres langues participent à la grande histoire de l'Ancien Testament biblique, de la République Romaine, du moyen-âge comme de la Renaissance ou de l'époque moderne comme contemporaine mais relèvent aussi de la petite histoire depuis le Moyen-Âge jusqu'à notre temps, en Europe mais aussi dans tout le monde occidental.
- A travers donc l'histoire onomastique et mémorialiste de notre nom Amiel c'est l'histoire de ceux qui l'ont porté depuis des siècles, des grands comme des plus petits, l'histoire de ses origines, de ses significations et celle de sa notoriété par son emploi en littérature (personnages de ce nom, lieux, qui sont empruntés au réel, passé, présent ou même futur, fiction !) dont j'ai longuement parlé dans mes articles, l'histoire des toponymes relatifs à notre nom et consacrant nombre de lieux naturels, habités, industrieux, publics s'y référant directement ou par l'une de ses origines, particulièrement en Languedoc, et l'Aude plus précisément encore; on m'excusera à ce sujet d'en faire souvent le centre de cette histoire, c'est non seulement mon aire de vie mais c'est bel et bien aussi dans ce coin du globe que notre nom est le plus porté depuis le moyen-âge et encore aujourd'hui. C'est, pour résumer, cette histoire incroyablement riche d'hommes, de faits, de significations, de personnages et de lieux que je détaille ici dans un ordre volontairement et arbitrairement choisi dont je m'explique dans les pages qui suivent. J'espère à chaque étape pouvoir vous emporter dans le flot puissant de l'histoire comme l'on disait jadis à la radio, sans cependant vous y noyer; mes pages formant comme un livre, et Un livre est une lettre à des amis inconnus que l'on a dans le monde disait Lingré, moraliste du XVIIIème S., prenez cet envoi ainsi. Je pense que ma prose mérite d'être lue sans pour autant espérer une quelconque considération pour ce qui n'est finalement qu'une recension documentaire sur le nom Amiel, bien que Pline l'Ancien ait écrit dans l'antiquité que : Le génie véritable consiste à ....écrire ce qui mérite d'être lu. !
- Et pour conclure je vous dirai "Lege feliciter", lisez avec bonheur ce qui suit comme le souhaitait cet ex-libris souvent indiqué en-tête des livres autrefois ou comme le décrivait une chanson de geste du XIIIème S. à la gloire des tailleurs de pierre :
Il lève la paupière
Et lit, d'un air joyeux,
Ces poèmes de pierre
Qu'ont écrit ses aïeux.

Jean-Louis AMIEL


There are no comments on this page.
Valid XHTML :: Valid CSS: :: Powered by WikkaWiki